Exposition temporaire : D'un anniversaire à l'autre 2003-2019, Retour sur le Festival Berlioz

Du
8aoû 7mar
Exposition_1
Catégorie
Exposition
Thèmes
Photographie
Musique classique
Communes
La Côte-Saint-André
Alors que nous aurions dû nous retrouver pour 15 jours de musique et de fête, le Festival Berlioz et le Musée proposent une exposition de photographies rétrospective du Festival. Une bonne manière de maintenir le feu sacré et rêver de lendemains musicaux.
En 1844, Berlioz réunit 1022 musiciens à l’occasion du Festival de l’Industrie : une « grande affaire festivalesque » écrit-il à son père. En 1869, il donne « quatre matinées festivalesques dans le Cirque des Champs-Élysées ». L’adjectif festivalesque est entré dans le dictionnaire.

Dès l’aube du XIXe siècle, c’est en effet avec lui que se développent en France le concept de festival et ces grandes fêtes musicales sortant de l’ordinaire, sur plusieurs jours, dans des lieux pas forcément dédiés et mobilisant d’imposants effectifs instrumentaux pour l’exécution d’œuvres grandioses. Inventeur du concert géant, Berlioz, parfois moqué mais visionnaire, aura voulu que ces fêtes servent la musique avant tout.

À La Côte Saint-André, dès 1903, un premier Festival Berlioz honore l’enfant du pays dont on célèbre le centenaire. D’autres rendez-vous lui succèdent, comme en 1935 pour l’inauguration du musée Hector-Berlioz avec une interprétation de La Damnation de Faust sous la Halle, en présence de l’écrivain Paul Claudel qui en a laissé un magnifique témoignage. En 1954, sous l’impulsion de Jean Boyer, homme politique et admirateur du compositeur romantique, l’idée d’un festival régulier à La Côte Saint-André est actée. Pour la première fois, on assiste à L’Enfance du Christ dans la cour du Château Louis XI.

En 1979 et durant dix ans, grâce à l’engagement de Serge Baudo, chef et directeur musical de l’Orchestre national de Lyon, le Festival Berlioz prend une ampleur internationale à Lyon tout en continuant d’offrir des concerts à La Côte Saint-André. Après l’arrêt de la manifestation lyonnaise, le festival revient sur ses terres sous l’égide de l’Association du Festival Berlioz qui reprend le flambeau en 1994. Le festival entame un nouveau cycle sous la direction artistique d’Alain Picard (1994-1996) auquel succède Bernard Merlino (1996-2008), dont le mandat s’illustre par les célébrations du bicentenaire en 2003. Les concerts du soir quittent alors la halle médiévale pour la cour du Château et ses nouveaux gradins de 1200 places. Puis en 2004, l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique (AIDA), créée à l’initiative du Département de l’Isère, prend en main les destinées du Festival.

Depuis 2009, Bruno Messina, musicien et chercheur, assure la direction générale et artistique de la manifestation avec le souci de son rayonnement international et la volonté de partager avec le public le plus large possible l’œuvre de Berlioz qu’il ancre dans le territoire de la Bièvre et du Dauphiné, créant des ponts entre musiques savantes et populaires. Ainsi, alors que la cour du Château abrite les plus prestigieuses formations symphoniques, fidélisant le maestro John Eliot Gardiner et l’Orchestre révolutionnaire et romantique, l’église de La Côte Saint-André accueille des concerts de musique de chambre et le musée Hector-Berlioz des conférences et des rendez-vous musicaux inattendus « Sous le balcon d’Hector ».

Impossible de citer tous les artistes, orchestres et chefs d’orchestres, instrumentistes et choristes, acteurs et interprètes de renom ou moins connus du grand public, venus au cours de ces 17 dernières années, d’une commémoration nationale à l’autre (bicentenaire de la naissance de Berlioz en 2003, 150ème anniversaire de la mort en 2019) enchanter les terres du génie romantique de La Côte Saint-André ! Mais cette exposition en est un témoignage et veut leur rendre hommage, ainsi qu’à tous ceux, dont les deux cents bénévoles engagés chaque année, qui contribuent à faire du Festival une fête attendue.

Les images parleront… Elles évoquent ces grands concerts, ces grands musiciens mais aussi les ambiances des multiples rendez-vous et des à-côtés qui animent La Côte Saint-André et d’autres lieux patrimoniaux du département : déambulations, moments spéciaux comme la fonte des cloches de la Symphonie fantastique au château de Bressieux, le feu d’artifice dantesque au château de Pupetières, ou encore, entre autres bals populaires proposés au festival, celui de l’inauguration du Cheval de Troie construit et monté au château avec la population !

Si l’édition 2020 est une parenthèse sanitaire, 2021 sera celle du « Retour à la vie », avec un Festival Berlioz grandiose célébrant la musique avant toute chose et la convivialité, comme l’amour, encore et toujours, fidèlement à la déclaration de Berlioz : L’amour et la musique sont les deux ailes de l’âme…

Infos pratiques

Organisateur
Musée Hector Berlioz
Ouverture(s)
Du 08/08 au 07/03
Ouverture le lundi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. sauf les 1er janvier et 25 décembre.
Fermé le mardi.
Accessibilité
Site, bâtiment partiellement accessible
Tarifs
Gratuit.
Animaux acceptés
Non

Réservation

moyens de communication

04 74 20 24 88
http://www.musee-hector-berlioz.fr
https://www.facebook.com/musee.hectorberlioz?ref=hl