Voyage en Espagne. Photographies Kodak de Gabrielle Hébert

Photographie Kodak

Du
22juin 2020 24aoû 2020
Photographies. Gabrielle Hébert
Audience
TOUT PUBLIC
Type
Exposition passée

 

Après son second directorat à la villa Médicis à Rome (1885-1891), Ernest Hébert choisit de rester encore quelques années en Italie. Il quitte définitivement la ville éternelle en 1896, rentrant à Paris la mort dans l’âme, mais pas vraiment prêt à prendre sa retraite.

A presque quatre-vingts ans, il lui reste un dernier voyage à faire. Profitant d’une cure à Biarritz à l’automne 1898, il prend le train pour la péninsule ibérique où il effectue un périple d’un mois et demi qui le conduit de Burgos à Grenade en passant par Madrid, l’Escurial, Tolède, Cordoue, Séville. Fidèle à son habitude, sa femme Gabrielle Hébert, photographe amateur, en assure le reportage, réalisant trois cents clichés en vingt-trois pellicules. Pour l’occasion, elle a changé d’appareil, abandonnant sa vieille boîte à plaques pour un Kodak dernier cri. L’invention du négatif sur support souple en nitrate de cellulose est une petite révolution. Ce film présente l’avantage de pouvoir enchaîner douze vues sur une bande, simplifiant ainsi considérablement le geste photographique, alors que les plaques de verre devaient être chargées seules ou par deux dans un châssis...

Avec son nouvel appareil beaucoup plus maniable, Gabrielle Hébert nous livre directement ses impressions de touriste parcourant la péninsule ibérique. Au-delà de leur caractère documentaire, ces images révèlent le talent, encore peu connu, de leur auteur qui s’est toujours inscrite avec discrétion dans la carrière de son mari, peintre célèbre à l’époque. Une invitation à vous évader et à remonter le temps dans cette Espagne de la fin du XIXe siècle sur les pas de cette photographe au regard sensible et poétique.

 

/musee/musee-hebert