La maison natale

De la maison familiale au Musée Hector-Berlioz

Une maison particulière...

 

Cette grande demeure bourgeoise, construite vers 1680, est acquise en 1732 par un artisan tanneur - arrière-grand-père du compositeur - qui la reconstruit presque entièrement pour lui donner l'aspect qu'elle a conservé de nos jours. Hector Berlioz voit le jour dans cette maison le 11 décembre 1803.

 

A la mort de son père, le docteur Louis-Joseph Berlioz, en 1848, la sœur d'Hector Berlioz, Adèle, hérite de la propriété. Ce sont ses filles Joséphine et Nanci, qui vendront la demeure familiale en 1874 à des commerçants. En 1886, à nouveau mise en vente, elle trouve acquéreur auprès de Monsieur Brunet-Manquat, épicier en gros.

 

Un « Comité pour Berlioz » se mobilise pour acquérir la maison afin d'y créer un musée. L'association « Les Amis de Berlioz » est fondée en juin 1931. Elle rassemble des personnalités du monde de la musique et des notables locaux dont la mission sera de concrétiser le projet de création d'un musée voué à la mémoire du musicien.

Photo ancienne de la maison natale

Un musée associatif

Dès l'acquisition de la maison par l'Association, en 1932, les travaux commencent. La tâche est grande jusqu'à l'inauguration du musée le 7 juillet 1935. Édouard Herriot, alors ministre d'État préside la manifestation et prononce devant toutes les personnalités un vibrant hommage au musicien.

 

En 24 février 1942 la maison est classée Monument Historique. Le musée devient peu à peu un véritable lieu de pèlerinage pour les admirateurs de Berlioz. L'Association « Les Amis de Berlioz » prend le nom d' « Association Nationale Hector Berlioz » (ANHB), le 13 avril 1962. Suite à des difficultés de gestion du musée, le sénateur de l'Isère Jean Boyer, élu depuis peu président de l'Association, propose en 1968, la cession des bâtiments au Conseil Général de l'Isère, l'Association assurant toujours la gestion des collections du musée. On réaménage la cuisine et les deux chambres des sœurs d'Hector pour les ouvrir au public. Le cadre dans lequel le jeune Hector a passé les dix-huit premières années de sa vie est recréé.

 

Une première tranche de travaux commence en 1969. C'est à cette occasion qu'une peinture murale, datant probablement du XVIIe siècle, est retrouvée sous les papiers peints du salon-bibliothèque. Une restauration a permis de redonner à cette fresque son éclat originel. Les portraits de la famille, restaurés au Musée du Louvre, sont réinstallés. L'inauguration a lieu le 17 juin 1969 et la réception est un véritable succès. Plus que l'inauguration du musée, il s'agit surtout de fêter dignement le Centenaire de la mort d'Hector Berlioz.

 

Des travaux de rénovation de 1972 à 1975 prolongent la première tranche, avec des financements du Conseil Général de l'Isère et une subvention de la Direction des Musées de France. La quête de l'authenticité - ou des origines - se poursuit. Le jardin est redessiné et surtout le portail en tôle donnant sur la rue Longue fait place à un « porche dauphinois ». Les parquets des chambres et des salons sont restaurés de même que les papiers peints. En 1981, les petits-neveux de Berlioz lèguent au musée bon nombre d'objets et de partitions ainsi qu'un fonds de 342 lettres autographes du compositeur à sa famille...

 

Afin d'améliorer les conditions d'accès au public, le musée ferme pour une nouvelle campagne de travaux de 1989 à 1990. On découvre une maison plus chaleureuse, la boutique du musée se développe et la cave est transformée en salle d'exposition temporaire.

Vue du musée associatif

1996 : un nouveau musée départemental

En 1996, l'Association Nationale Hector Berlioz (AnHB), cède finalement la gestion du musée au Département de l'Isère. Le musée intègre alors la Conservation du Patrimoine de l'Isère.

 

Au terme de plusieurs mois de travaux, le musée se voit doté d'une toute nouvelle salle d'exposition temporaire au rez-de-chaussée de la maison. En août 2000, elle accueille sa première exposition : « Berlioz musicien raconté par Berlioz écrivain », puis une seconde prend place lors de la Fête de la Musique 2001 : « Les paysages de l'enfance en Dauphiné ».

 

Désormais, tous les efforts se tournent vers une nouvelle étape de rénovation de la maison natale, dont les travaux doivent être effectués durant l'année 2002, pour une inauguration du musée rénové en juin 2003, afin de célébrer dignement le Bicentenaire de la naissance du compositeur côtois.

Chambre natale avant 2003

La rénovation en 2003

La nouvelle campagne de travaux porte, outre la rénovation nécessaire du bâtiment fragilisé par le temps, sur l'ouverture de nouveaux espaces au public. Les anciennes caves de la maison sont réhabilitées pour permettre d'accueillir des expositions temporaires. Un auditorium est créé dans une remise donnant sur le jardin et doté de tous les équipements de sonorisation les plus modernes. Le rez-de-chaussée est entièrement réhabilité et permet l'installation d'un nouvel espace d'accueil. De plus, les nouveaux aménagements permettent la création de salles d'expositions permanentes consacrées au Romantisme, à la biographie ainsi qu'à l’œuvre littéraire et musical du maître.

 

Le temps de la fermeture est également mis à profit pour mener une importante campagne de restauration des collections : peintures, mobilier, manuscrits...

La rénovation des pièces historiques permet au public de retrouver une certaine atmosphère, une évocation tendant à suggérer des modes de vie. Là, sont évoqué des thèmes majeurs dans la vie de Berlioz. Le transfert des bureaux permet également la réouverture des pièces du 1er étage comme le cabinet du Dr Berlioz et la chambre d'Hector, jusque là occupée par les bureaux du Festival.

 

Et, le 28 juin 2003, l'ouverture du musée rénové marque le début des manifestations du Bicentenaire de Berlioz. Une nouvelle page s'ouvre alors...

Rez-de-chaussée en 2003

Un musée toujours en mouvement

Régulièrement, le Musée s'enrichit encore d'acquisitions qui ont permit le réaménagement de plusieurs salles, ainsi que l'ouverture d'un tout nouvel espace consacré aux phonographes.

Ce dernier est accompagné d'une borne "Retroquiz" interactive, tandis qu'au dernier étage une table tactile rend possible l'accès aux quelques 4500 pages de correspondance que conserve le Musée.

La voix de son maître - Salle des phonographes
La voix de son maître - Salle des phonographes

Maison des illustres

Maisons des Illustres, label du ministère de la Culture et de la Communication.

Logo Maisons des illustres

En 2011, Le Musée Hector-Berlioz reçoit le label “Maison des Illustres”

A l’initiative de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, le label Maison des Illustres a été créé en 2010 pour assurer une meilleure lisibilité de la fonction sociale et culturelle de ces maisons et mettre en valeur cet ensemble patrimonial original. Ce label récompense une offre culturelle remarquable et garantit un accueil de qualité auprès de tous les publics. Le Musée Hector-Berlioz fut sélectionné parmi ces lieux récompensés pour leur valeur patrimoniale. Ce label est depuis apposé sur le Musée.

Le label est délivré par le ministère de la Culture et de la Communication. Il est attribué pour une durée de cinq ans renouvelable.

Pour plus d'informations: www.culture.gouv.fr

Accueil Partager cette page