Le musée c'est...

Un bâtiment de 1 100 m² dont plus de 700 m² d'espaces de présentation répartis sur trois niveaux,
quarante-quatre expositions temporaires, avec en moyenne deux expositions par an,
plus de cinquante publications éditées depuis 1994,
un centre de documentation ouvert à tous sur rendez-vous,
une offre éducative variée,
une programmation culturelle riche et plurielle, proposée à tous les publics,
enfin, c’est le fruit de la société civile. Les fondateurs se sont rassemblés au sein de l'association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation, qui continue de vivre aux côtés du musée.

Les espaces de longue durée

La collection du musée est mise en valeur par une muséographie qui s’appuie sur la restitution de lieux ou d'ambiances : émotion et réflexion sont tour à tour sollicitées.

 

 

Un parcours pédagogique intégré à la scénographie permet une lecture du musée adaptée aux plus jeunes. Des carrés jaune servent de lexique et permettent de comprendre les éléments et événements clés.

Six thèmes sont abordés :

L'entrée en Résistance
Les maquis
La situation des juifs à Grenoble et en Isère entre 1939 et 1945
Résistance, répressions et déportations
La Libération

Ils sont développés de manière chronologique, le parcours de la visite se décline sur les trois niveaux du musée.

Rez-de-chaussée 

Genèse et déroulement du conflit mondial vécus depuis Grenoble et l'Isère.

 

Premier étage 

L'entrée en Résistance, les maquis et la situation des Juifs à Grenoble et en Isère entre 1939 et 1945.

 

Deuxième étage 

Résistance, répressions, Déportations, Libération et restauration des valeurs républicaines.

L'histoire du musée

Totem MRDI 1994En 1963,

à l'occasion du dix-neuvième anniversaire de la Libération de la ville de Grenoble, une première exposition sur la Résistance dauphinoise est organisée par les Archives départementales de l'Isère. Celle-ci conduit à la création du Comité du Musée de la Résistance dauphinoise : un projet de musée prend forme sous l'impulsion des représentants d'associations d'anciens résistants et déportés de l'Isère.

 


Le 23 avril 1966,

dans le cadre de la Journée nationale de la Déportation, le premier Musée de la Résistance dauphinoise est inauguré. En 1970 il est rebaptisé Musée de la Résistance et de la Déportation.
 


Dans les années 1980,

avec environ cinq-mille visiteurs par an, les limites du fonctionnement du musée en termes d'accès, d'espace et de fréquentation, incitent l'association des Amis du musée a demander le transfert des collections dans un lieu plus adapté.



En 1986,

le Conseil Général de l'Isère acte le projet d’un nouveau musée. Il est transféré 14 rue Hébert en 1988 et devient un musée départemental. Il relève aujourd'hui de la Direction de la culture et du patrimoine du Département de l’Isère.



Le 1er juillet 1994,

l'inauguration du nouveau Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère a lieu dans le cadre du cinquantième anniversaire de la Libération.



En 2001,

le Département de l’Isère demande au musée d’instruire le projet d’une Maison des Droits de l’Homme et d’en conduire le développement. Au fil d’échanges avec les associations et institutions qui œuvrent en Isère pour le respect des Droits de l’Homme, de conférences, de rencontres et d'expositions, les liens qui unissent la Résistance aux Droits de l’Homme sont apparus tels que musée et maison ne pouvaient être dissociés.

Accueil Partager cette page